The purpose of the African Women in Cinema Blog is to provide a space to discuss diverse topics relating to African women in cinema--filmmakers, actors, producers, and all film professionals. The blog is a public forum of the Centre for the Study and Research of African Women in Cinema.

Le Blog sur les femmes africaines dans le cinéma est un espace pour l'échange d'informations concernant les réalisatrices, comédiennes, productrices, critiques et toutes professionnelles dans ce domaine. Ceci sert de forum public du Centre pour l'étude et la recherche des femmes africaines dans le cinémas.

07 December 2016

Amandine Gay - To be a black woman in France has its specific issues | Etre une femme noire en France, c’est un enjeu spécifique - Ouvrir La Voix [Speak Up/Make Your Way] (Le Monde)

Film : Amandine Gay - To be a black woman in France has its specific issues | Etre une femme noire en France, c’est un enjeu spécifique - Ouvrir La Voix [Speak Up/Make Your Way] (Le Monde)

Source : Lemonde.fr 

[English]
In Ouvrir La Voix [Speak Up/Make Your Way], researcher and documentarist Amandine Gay gives voice to the black women in France and Belgium. At the intersection of discrimination practices resulting from their gender and colour, these women denounce the racism, sexism and misogyny to which they are subjected on a daily basis. These testimonies, not often heard in public space, highlight the difficulties specific to black women in a white world.

The documentary will be screened beginning 8 December, in several theatres in France, Switzerland and Belgium.

[French]
Dans Ouvrir la voix, la chercheuse et documentariste Amandine Gay donne la parole à des femmes noires en France et en Belgique. A l’intersection de discriminations liées à leur sexe et à leur couleur, ces femmes dénoncent le racisme, le sexisme et la misogynie subis au quotidien. Des témoignages rares dans l’espace public et qui mettent en lumière les difficultés propres aux femmes noires dans un monde blanc.

Le documentaire sera projeté dans plusieurs salles en France, en Suisse et en Belgique à partir du 8 décembre.

01 December 2016

Fonds Image de la Francophonie : dépôt des dossiers du 1er au 15 janvier 2017

Fonds Image de la Francophonie : dépôt des dossiers du 1er au 15 janvier 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE  : 30/11/2016

Organisé par l'OIF et le CIRTEF

La prochaine commission audiovisuelle du Fonds Image de la Francophonie aura lieu en avril 2017, comme prévu initialement. En revanche, le dépôt des dossiers est décalé d'un mois. Il aura lieu du 1er au 15 janvier 2017. Une nouvelle version du règlement du Fonds sera mise en ligne dans le courant du mois de décembre.


Pour tout renseignement :

Pierre Barrot
Spécialiste de programme chargé de l'audiovisuel et de la promotion de l'image
Organisation Internationale de la Francophonie
19-21 Av. Bosquet, 75007 Paris
Tel. (33) 1 44 37 33 58

30 November 2016

Adjaratou Ouedraogo : Painting and animation, sharing one’s experiences through the message of art | La peinture et l’animation, de partager son vécu à travers les messages de l’art

Adjaratou Ouedraogo : Painting and animation, sharing one’s experiences through the message of art | La peinture et l’animation, de partager son vécu à travers les messages de l’art 

Adjaratou Ouedraogo of Burkina Faso talks about her evolution as an artist, from painting to animation.

Adjaratou Ouedraogo de Burkina Faso, parle de son évolution d’artiste, de la peinture à l’animation.

Interview with Adjaratou Ouedraogo and translation from French by Beti Ellerson

Images: ©Adjaratou Ouedraogo

[English] Français ci-après

Adja, after painting which is your first medium of creative expression, you have now included animation in your artistic repertoire. Your paintings have been exhibited in many venues and you have travelled widely to present your work. What role did art play in your life while growing up?  

I have always been timid, and it is has been rather difficult for me to bring out my feelings verbally. Art for me is a great way to express my feelings regarding the world. It gives me the opportunity to live extraordinary things in a universe of my own. I can then share my experiences through the messages of art.

So that is how you developed an interest in painting?

Yes, as a child drawing was a medium of expression for me. I drew all day long since I practically never communicated with the people around me. The sentiment was felt more so when I was sad and when I could not express to others what was happening to me. The absence of my mother at 9-10 years, an age that every child needs their parents close to them in order to flourish, has always led me to feel alone even with my two younger brothers.

Who were the key people in the development and realisation of your interest in art?

I would say that I made art without realising that it was a means of expressing my feelings, a means of communication with the world, and I was doing it through drawing. This is does not mean that what I am expressing today is so very different but there is a progression in terms of conveying the message of communicating with the outside world than when I first began. Of course I will always remember the people who were surrounded me when I started drawing, these people of course will recognise themselves.

Drawing is a fundamental aspect of animation, tell us about your interest in animation and the role that drawing / painting played in this process?

I already stated to you that drawing was a means of expressing the transmission of my messages to the world, and I always worked towards advancing my craft. It is within this context that in 2008 I participated in a training programme in animation technique at the Institute Imagine of Ouagadougou. It was a beautiful experience, which allowed me to appreciate that I could also transmit my ideas through animation, which seemed to me to be more alive and communicative. For me it would be exciting for the spectator to also discover my painting in my animations. Moreover, I paint the designs and motifs of the clothes of the characters on canvas and I used it in my animations.

Animation through drawing and painting is a way to express ideas and feelings. While The Pencil is your first film, would you say that your way of telling stories is heightened through this mode of expression?

A picture contains a message, in fact; I love to make paintings. I am in a new and first experience. For me The Pencil although it is the first, I have been able to bring out more emotions and to convey more messages. Compared to my paintings, well, I will let the public decide.

The Crayon is a story so beautiful narrated in just 4 minutes 30. The narration of the film recalls the oral tradition that is found in many African societies, as well as the music of the griot. Talk about the scenario and why you chose to tell it this way?

Here's a bit of the scenario.

Africa is full of resources, through its history, which has always been handed down from generation to generation by the guardian griots, the carriers of African wealth. For a first I bring out this traditional side of the African continent. And this explains the reasons why the realisation was done this way.

Do you plan to have versions of the film in other languages? I am thinking of African languages ​​in particular? Although there is some cost to produce multiple versions, would you say that animated films allow more possibility to distribute in several languages ​​across Africa?

One of the great wealth of Africa is the linguistic diversity pencil is produced in French and subtitled in English that does not mean that we have omitted the African languages, but an opening across the world, I am currently in a Perspective to make my next film in Mooré one of the most widely-spoken languages of Burkina Faso.

Are you considering transmedia projects, which include animated films, paintings and books?

I am in this perspective projects that encompass both my animated films and my paintings. On this moment I think to make an exhibition of the paintings, which will be used to the realization of the film the day of its first projection! I have more interest for painting than for writing it could be that in the future I realize books for children

Future plans? 

It must be said that I am currently on the pre-production of my next animated film, which will address a sensitive subject ''the situation of children abandoned to themselves on the street''. Currently I do not have funding for its realisation but if it takes too long for the financing I plan to find my own means to fund it.

Interview with Adjaratou Ouedraogo by Beti Ellerson, November 2016.

[Français]

Adja, après la peinture qui est ton premier mode d’expression créatrice, tu as maintenant inclus l'animation à ton répertoire artistique. Tes peintures ont été exhibées dans de nombreux espaces et tu as beaucoup voyagé pour présenter ton art. En grandissant, quel rôle l'art a-t-il joué dans ta vie ? Qu’est-ce qui a inspiré ton intérêt pour la peinture ? 

J’ai toujours été timide; il m’est pour la plus part du temps difficile de faire ressortir mes sentiment oralement. L’art pour moi est un grand moyen d'exprimer mes sentiments vis-à-vis du monde. Il me permet de vivre des choses extraordinaires dans un univers propre a moi. Je partage alors mon vécu à travers les messages de l’art.

Donc, c’est la raison pour laquelle tu as développé un intérêt à la peinture ? 

Oui, le dessin a été pour moi un moyen d’expression étant enfant. J’ai dessiné à longueur de journée. Car ne communiquant presque pas avec les personnes autour de moi, cela se faisait plus ressentir quand j'étais triste et quand je n’arrivais pas à exprimer aux autres ce qui m'arrivait. L’absence de ma mère à 9-10 ans, un âge où tout enfant a besoin de s'épanouir auprès de ses parents, cela m'a toujours amené à me sentir seule avec mes deux petits frères.

Quelles ont été des personnes clés dans le développement et la réalisation de ton intérêt pour l'art ? 

Je dirai que je faisais de l’art sans me rendre compte que cela était un moyen d’expression de mes sentiments, un moyen de communications avec le monde et je le faisais avec le dessin. Cela ne veut pas dire que ce que j’exprime aujourd’hui est très différent mais il y a plus d'amélioration dans la manière de transmettre le message de communiquer tout court avec le monde extérieur qu’à mes début. Je ne peux oublier toute les personnes qui étaient autour de moi quand je débutais en dessin ces personnes se reconnaîtront.

Le dessin est un aspect fondamental de l'animation, parle nous de ton intérêt pour l'animation et le
rôle que le dessin / la peinture a joué dans ce processus ?

Je t’avais signifié que le dessin était un moyen d’expression de transmission de mes messages au monde, pour cela j’ai mis tout en oeuvre pour son amélioration. C’est dans ce cadre que j’ai pris part en 2008 à une formation en technique de cinéma d’animation à l’Institut Imagine de Ouagadougou. Ce fut une belle expérience. Ce qui m’a permis de comprendre que je pouvais aussi transmettre mes messages avec l’animation, ce qui m'a paru plus vivants et parlant. Pour moi il serait intéressant que l’on retrouve ma peinture dans mes animations. Ainsi j'ai peint les décors et les motifs des habits des personnes sur toile et je l’ai utilisé dans mes animations.

L’animation à travers le dessein et la peinture est un moyen d'exprimer des idées et des sentiments, bien que Le Crayon est ton premier film, dirais-tu que ta façon de raconter des histoires est accentuée à travers cette mode d’expression ?

Un tableau renferme un message d'ailleurs j’adore faire des tableaux.
Je suis dans une nouvelle et première expérience. Pour moi Le crayon bien qu'étant le premier, j’arrive à faire ressortir plus d'émotions et à transmettre plus de message. Cela comparé à mes tableaux, je laisserai le public en décider.

Le Crayon est une histoire si bellement racontée en seulement 4 minutes 30. La narration du film rappelle la tradition orale qui se trouve dans de nombreuses sociétés africaines, ainsi que la musique du griot. Parle nous du scénario et des raisons pour lesquelles tu as choisi de le réaliser de cette façon?

Voici un peu de scénario :

L’Afrique regorge de bon nombre de ressources, à travers son histoire qui a toujours été transmise de génération en génération de façon orale par  les griots gardiens, détenteurs de la richesse africaine  Pour une première j’ai fais ressortir ce côté traditionnel du continent africain. Et c’est ce qui explique les raisons pour lesquelles la réalisation s'est faite de cette façon. 

Prévois-tu d'avoir des versions du film dans d’autres langues? Je pense aux langues africaines en particulier ? Bien qu'il y ait un certain coût nécessaire pour produire des multiples versions, dirais-tu que les films d'animation permettent plus de possibilité de distribuer en plusieurs langues à travers l'Afrique ?

Une des grandes richesses de l’Afrique c’est la diversité linguistique. Le Crayon est produit en français et sous-titré en anglais. Cela ne veut pas dire que nous ayons omis les langues africaines, mais une ouverture à travers le monde, je suis actuellement dans une perspective de réaliser mon prochain film en Mooré une des langues les plus parlées du Burkina Faso. 

Envisages-tu des projets transmédias, qui englobent à la fois des films d'animation, des peintures et des livres ?

Je suis dans cette perspective des projets qui englobent à la fois mes films d’animations ainsi que mes peintures. Sur cette lancée je pense faire une exposition des tableaux qui serviront à la réalisation du film le jour de sa première projection ! J’ai plus d'intérêt pour la peinture que pour l'écriture il se pourrait qu’à l’avenir je réalise des livres pour enfants.

Des projets d'avenir ?

Il faut dire que présentement je suis sur la pré-production de mon prochain film d’animation qui va aborder un sujet sensible « la situation des enfants abandonnés à eux-mêmes dans la rue ».  Actuellement  je n’ai pas de financement pour sa réalisation mais je compte arriver au bout avec mes fonds propres si le financement se fait trop attendre.

Interview avec Adjaratou Ouedraogo par Beti Ellerson, Novembre 2016.

25 November 2016

2016 : International Day for the Elimination of Violence against Women 25 November | Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, 25 novembre


International Day for the Elimination of Violence against Women
25 November  

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes
25 novembre  

22 November 2016

Habiba : a/un film by/de Sena Calmine Agbofoun (Benin)

Habiba : a/un film by/de Sena Calmine Agbofoun (Benin) 

[English]
Sena Calmine AGBOFOUN was born in Cotonou in the Republic of Benin. After obtaining the Baccalaureat serie A1, she entered the Institut Supérieur des Metiers de l'Audiovisuel where she obtained a professional degree in audiovisual journalism. But she decided to focus on directing. In 2011, she co-directed the documentary short film "Ayoka, l'Amazone-mere", in 2012, the documentary short film "Djegbadji, temple du sel" and in 2016, "My passion, my Fight 'for the African Film Showcase programme. Then, she directed the short film "Talk to Me", at LAFF 2016. Habiba is her first film as an independent director.

[Français]
Sena Calmine AGBOFOUN est nee a Cotonou en République du Benin. Apres l'obtention du Baccalauréat série A1, elle entre à l'Institut Supérieur des Métiers de l'Audiovisuel ou elle obtient une licence professionnelle en journalisme audiovisuel. Mais elle décide de se consacrer à la réalisation. Elle coréalise en 2011, le court métrage documentaire ''Ayoka, l'Amazone-mère'', en 2012, le court-métrage documentaire ''Djegbadji, temple du sel'' et en 2016, ''My passion, my fight'' pour le programme African Film Showcase. Puis, elle réalise le court-métrage ''Talk to me'', au LAFF 2016. HABIBA est son premier film en tant que réalisatrice indépendante.


[English]
A short conversation with Sena Calmine Agbofoun

Sena, talk a bit about your film and why you chose this topic.

Habiba is a short film that focuses on the problems stemming from obstetric fistula, which affects hundreds and hundreds of women in Africa and in my country, Benin. It is my cri de cœur demanding to stop demonizing the condition and offer assistance.

For this reason I decided to tell a true story of a woman who I met in 2014 who had contracted fistula and was healed. This is the motivation for the film Habiba.

You speak about the demonization of this condition. Why this attitude regarding this illness?

In fact, the condition is not recognised as an illness. It is regard instead as a curse resulting from a woman’s infidelity. Therefore, women with fistula are repudiated by their husbands, abandoned by their own family, and are forced to live in seclusion. 

[Français]
Une petite conversation avec Sena Calmine Agbofoun

Sena, parle un peu de ton film et pourquoi tu as choisi ce sujet. 

HABIBA est un court métrage sur la problématique de la fistule obstétricale qui condamne encore des centaines et des centaines de femmes en Afrique et chez moi au Bénin. C'est mon cri de cœur pour demander à ce qu'on arrête de diaboliser la maladie et qu'on vienne en aide.

Pour cela, j'ai décidé de raconter une histoire vraie, d'une femme fistuleuse guérie que j'ai rencontrée en 2014. Voilà d'où est parti HABIBA

Tu parles de la diabolisation de la fistule obstétricale, pourquoi cette attitude envers cette maladie ?

La maladie en fait, n'est pas reconnue comme étant une maladie. On l'assimile plutôt à une malédiction due à l'infidélité de la femme. Les femmes "fistuleuses" sont alors répudiées par leur mari, délaissées par leur propre famille, et sont obligées de vivre en recluse.


Synopsis

[English]
Habiba, a fourteen-year-old student with a bright future, is removed from school and force to marry an old man named Ambaliou. She endures a difficult pregnancy and an excruciating delivery. After which a terrible ordeal befalls upon her; she contracts obstetric fistula. Rejected by her family, Habiba takes refuge in the forest from which she is then taken away and sent to hospital. Ten years later, healed but living in seclusion, she finds the courage to tell her story, to give hope to the hundreds of women affected by this condition.

[Français]
Habiba, jeune fille de quatorze ans, avait l’avenir devant elle. Déscolarisée et mariée de force au vieux Ambaliou, elle connait une grossesse difficile et un accouchement pénible. Commence alors pour elle, un calvaire sans nom : la fistule obstétricale. Rejetée par sa famille et ses proches, Habiba se réfugie dans la forêt d’où elle sera tirée et envoyée à l’hôpital. Dix ans plus tard, guérie mais vivant en recluse, elle trouve pourtant le courage de raconter son histoire, pour redonner espoir aux centaines de femmes affectées par cette pathologie.

11 November 2016

12eme Festival Cinemas d’Afrique – Lausanne (2017) : Appel à Films - Call For Entries

12eme
Festival Cinemas d’Afrique  Lausanne
Appel à Films - Call For Entries

SOURCE: CINE-AFRIQUE.CH

Deadline: 30th april 2017
Date limite des inscriptions: 30 avril 2017

Inscription

Dans le cadre de la 12eme édition qui aura lieu du 17 au 20 août 2017, le Festival cinémas d’Afrique – Lausanne lance son appel à candidatures.

La sélection est ouverte aux fictions, documentaires et animations et de tout genre.

Pour la sélection, nous avons besoin d'un dvd de visionnage ou d'un lien internet et du formulaire ci-dessous

Date limite des inscriptions: 30 avril 2017

Submission

12th edition of Festival cinemas d’Afrique – Lausanne will take place from 17th to 20th of august 2017. Our Call for Entries process is now open for fictions, documentaries, animated films, full length or short films…

For the selection we need a screener DVD (address below) or a web link and the form below.

Deadline: 30th april 2017

Envoyer à/to be Send to:

Association Afrique cinémas - Rasude 2 – CH-1006 Lausanne – Suisse/Switzerland

Formulaire / Form

Format Word à completer


09 November 2016

ZIFF 2017 Film Submission – Zanzibar International Film Festival

ZIFF 2017 Film Submission
Zanzibar International Film Festival


Deadline for submission is 15th March 2017

Submission Information & Procedure:

The Zanzibar International Film Festival is one of the largest multi-disciplinary art and cultural festival in Africa dedicated to films, music and different form of art.  Each year ZIFF exhibits films from Africa, Middle East, Europe, Latin America, USA and Asia. The 20th Edition of ZIFF will take place 8th -16th July 2017 in Stone town, Zanzibar. The theme of the Festival is Finding Joy – Kusikia Furaha

THE COMPETITION: Eligibility

The Zanzibar International Film Festival is currently accepting applications from filmmakers from around the world according to different categories of competition.

The priority is given to films from Africa and by Africans including African Diaspora.

The category INTERNATIONAL will award film from international movie panorama.  ZIFF is also the festival of the Dhow Countries so it opens to films from the region- South East Asia, the Arabian Peninsula, The Persian Gulf, Iran, Pakistan, and the Indian Ocean Islands. These films have their category and prizes in the competition

Films in competition must be directed or produced from 2015.

ZIFF also reserves the right to accept any films with a specific interest to the festival. We encourage filmmakers to submit works in any genre, features, documentaries, shorts, animation and music videos.

THE SELECTION

ZIFF 2017 will award films in the following categories:

AFRICAN CINEMA 
(Continent and Diaspora)


DHOW COUNTRIES 
(Countries of the Indian Ocean Rim, the Arab Peninsular
and Indian Ocean Islands, including Iran, Iraq and Afghanistan)


INTERNATIONAL 
(from all over the world with particular attention to African issues and realities)


EAST AFRICAN FILM


EAST AFRICAN VIDEO MUSIC